Voyances et visions – Mes façons de procéder

Tout d’abord, très important : je ne pratique plus, sauf par « accident » c’est à dire que cela vient spontanément sans que je le provoque, ou alors lorsqu’il y a des raisons exceptionnelles.

Ce n’est plus mon chemin. Je partage ce que j’ai parcouru à titre d’information uniquement ou comme une invitation à la prudence pour les enthousiastes. Chacun doit suivre son chemin, faire ses expériences, mais surtout apprendre !

Souvent on me demande comme je procède ou bien ce que cela fait de se mettre dans les dispositions pour réaliser un acte de voyance.

Aujourd’hui je vais aborder la question en livrant quelques points qui me viennent à l’esprit et qui me sont propres. Ou plutôt disons que je pratique, il y a de nombreux points communs entre les voyants. Chaqu’un aura sa technique privilégiée.

Qu’est ce que cela fait ?

Et bien cela dépend.

Généralement, c’est un état qui s’installe et que je laisse venir. L’esprit est flottant et des choses viennent ou non. Il ne faut rien forcer. C’est comme un rien qui s’agglomère en un point. Ce point va gagner en densité et prendre forme.

Cet instant est très fragile et il peut être rompu par une pensée, un bruit ou n’importe quoi d’autres.

Cette phase de l’installation est cruciale. La rater oblige à tout recommencer.

Alors la voyance peut se réaliser : son, paroles, bruit (tout ça c’est de la claire audience), odeur ou visions pures sont ce qui me viennent le plus souvent. La sensation tactile m’est beaucoup plus rare.

Donc généralement, il s’agit d’un état que je laisse s’installer volontairement.

Il m’arrive aussi de ne rien préparer et de me prendre un flash de manière très forte et intrusive par surprise. C’est alors une vision ou  un son.

Par exemple, il y a quelques semaines, j’étais à Nîmes et je m’y promenais. Alors que j’attendais de traverser à un passage piéton, j’ai entendu quelqu’un me crier très fort un « HEY ! » dans mon dos. C’était très proche, fort et clair. Je me suis retourné et absolument personne ! J’ai compris que ce n’était pas un vivant. J’ai un peu cherché, rien, pas d’esprit, pas d’entité. Peut-être une trace énergétique, une fracture que j’ai entendue. Il ne faut pas s’en faire, j’ai continué mon chemin sans m’y attarder plus. Si on veut se signaler il y aura d’autres signes. En l’occurrence, il n’y en a pas eu et c’est resté ce que c’était : une anecdote.

Le rien de superflu.

Juste un fauteuil confortable, deux ou trois éléments, une question et je me laisse aller. Un carnet et un stylo à proximité.

C’est comme si je rêvais généralement, lorsque j’en sors, je dois vite écrire ce que j’ai vu, sinon j’oublierai les paroles, les visions et le reste…

Je le restitue alors à la personne avec plus ou moins de précisions dans le vocabulaire.

Cela lui a toujours parlé. Parfois immédiatement, parfois plus tard. Mais toujours.

Ce qui me surprend toujours alors, c’est d’entendre des dialogues précis entre des gens invisibles. Entendre un « c’est Antoine qui a décidé de partir », ne pas comprendre et puis le dire à la personne qui nous répond, « Antoine c’était mon grand-père et il était parti en Argentine pour un travail. Il y est mort ». Cela permet à la famille restante de se dégager d’une culpabilité inconsciente sur la mort du grand-père, le départ était son choix essentiellement et ils ne sont pas responsables de sa mort.

Dessin et image

Une autre méthode selon mon humeur est la pratique du dessin automatique.

Feuille de papier, stylo ou feutre et je fais le vide.

Ma main commence à bouger toute seule.

Des images en naissent, plus ou moins claires ou explicites.

Il y a alors deux possibilités :

  1. L’image qui vient est très figurative, je ne la comprends pas sur l’instant, mais la personne oui. J’ai ainsi eu le cas, par exemple, d’avoir dessiné une maison d’enfance pour l’un et un bâtiment industriel où travaillait un autre.
  2. L’image est plus abstraite. Dans ce cas elle sert de support à mes propres propositions que je livre à la personne.

D’ailleurs, en parlant de ces dessins, l’idée me vient de vous en montrer quelques uns que j’ai retrouvés récemment.

Cela vous intéressera peut-être. Ils feront l’objet de mes prochains articles.

Autres ?

Oui, le marc de café !! j’adore le café et la poésie de la lecture dans le marc. La précision y est redoutable.

Et aussi la flamme de la bougie. J’y ai eu recourt, mais ce n’est pas ma façon de faire principale. Cela marche très bien, mais on a ses techniques favorites ou non 😉

Sinon, je n’utilise pas les tarots, les pierres ou les boules. Non pas que ce ne soit pas valables, mais ce ne sont pas les supports qui me conviennent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.